La création d’un tel établissement a été envisagée depuis mon passage à l’Institut Supérieur de Management Appliqué à l’Informatique (ISIAM) au Maroc. Façonné par le système éducatif de cette école de type canadien (pour formation pratique, entrepreneur), l’envie de créer une école supérieure internationale à l’image de l’ISIAM avec mes empruntes personnelles est devenue pour moi un défi.

Rentré au pays avec mon diplôme d’ingénieur en finance, contrôle de gestion, j’ai préféré d’abord emprunter  la voie de l’entrepreneuriat avec mon  frère aîné Alphonse KOUA, gérant de UNISKO INTER Sarl et UICF cabinet de formation (www.uicf.net) pour mieux m’aguerrir.

Ensemble, nous avons exécuté plusieurs projets de construction, de réhabilitation, de livraison de fournitures de bureau pour aboutir en 2003 à la création d’un cabinet de formation dénommé UICF.

Nous organisons dans ce cadre divers séminaires de formation avec des entreprises de renommée nationale et internationale telles que la SIR, la SGS, la GESTOCI, pour ne citer que celles-là. Nous avons aussi implanté le plan de carrière de la GESTOCI.

J’ai également pris soins de connaître le système éducatif ivoirien en intervenant comme enseignant vacataire en comptabilité générale, fiscalité, contrôle de gestion pendant deux ans dans deux établissement de la place, à savoir (ISG YOH , ESTP LE JOURDAIN).

Ayant passé 5 ans dans l’entrepreneuriat, je décide à partir de 2006 qui est pour moi une année de défi, d’emprunter mon chemin de prédilection : la création de l’école.

Je suis convaincu que, l’entrepreneuriat est l’un des moyens les plus sûrs pour les pays africains de résoudre le problème des démunis, du chômage et partant de la pauvreté. D’ailleurs, le développement des grands pays développés est passé par la création de plusieurs micro entreprises et des PME / PMI à forte valeur ajoutée.

La sommation de ces valeurs ajoutées constitue le produit intérieur brut (PIB) qui est un indicateur pertinent de classement des pays en croissance, des pays riches ou pays pauvres.

En somme, la création de ladite école permettra aux apprenants qui en sortiront de se prendre en charge, à travers l’élaboration de projets bancables qu’ils auront à présenter aux bailleurs de fonds externes et internes.